Notice: Array to string conversion in /home/notrvoix/public_html/includes/defines.php on line 25
Déstabilisation des partis politiques : Léonce Houngbadji accuse la «Rupture»
Menu
RSS

Déstabilisation des partis politiques : Léonce Houngbadji accuse la «Rupture»

Déstabilisation des partis politiques : Léonce Houngbadji accuse la «Rupture»

Invité ce mardi 04 juillet 2017 sur Sikka Tv pour se prononcer sur la crise qui déchire les partis politiques traditionnels au Bénin, le Président du Parti pour la Libération du Peuple (PLP) n’est pas allé par quatre chemins pour accuser le pouvoir d’être à l’origine de la déstabilisation du tissu politique national.

Léonce Houngbadji n’a pas tourné autour du pot. Il a été direct : «La main qui se cache derrière ces guerres ouvertes à la Rb et au Psd est celle du chef de l’Etat. La main invisible, c’est le président Patrice Talon. Il a pris en otage la classe politique depuis 1990 et il n’est pas prêt à la lâcher», a-t-il déclaré.

«Nous sommes à la veille d’élections législatives décisives pour le régime. Il faut alors déchirer les partis traditionnels dans le cadre du mercato politique. La manœuvre a commencé avec les maires qui ne l’avaient pas soutenu à la présidentielle. Il fallait trouver des prétextes pour les destituer un à un. Séverin Adjovi, maire de Ouidah, vient de connaître son sort. Léhady Soglo de la Rb avait appelé à voter contre Patrice Talon en 2016. Emmanuel Golou du Psd avait soutenu Sébastien Ajavon au premier tour. Nous sommes à l’ère des règlements de comptes politiques. Tout ce qui se passe au sein de ces deux partis s’inscrit dans cette dynamique de la ruse et de la rage. Et ce n’est pas tout. Vous verrez que le virus va atteindre d’autres partis dans les jours à venir. Ils sont venus pour tout détruire : le tissu social, économique et politique», fait observer Léonce Houngbadji.

«Tous les partis politiques, dans le monde entier, ont des difficultés. Ça été le cas récemment en France. Au Bénin, les partis politiques sont régis par des textes. Mais l’ingérence du pouvoir en place est palpable. Il ne faut pas créer des tensions politiques inutiles. Les conséquences seront néfastes sur le pays», a-t-il souligné, avant de préciser que la réforme des partis politiques n’est pas synonyme de leur destruction. «C’est le système partisan qu’il faut réformer en profondeur avec tous les acteurs», a-t-il ajouté.

Pour Léonce Houngbadji, le divorce est palpable entre le peuple béninois et ses dirigeants. Des mois de promesses non tenues, de problèmes non réglés, de discours vides et d’engagements vains ont creusé ce dangereux fossé. Selon le Président du PLP, faire de la politique aujourd’hui ne peut plus, et ne doit plus être un business, un fonds de commerce, une gageure. «Tout le monde est concerné. La politique ne doit pas seulement consister à voter à échéance régulière et/ou à être élu ou nommé, mais également et surtout à faire avancer les choses avec sérieux et bienveillance, à tous les niveaux de responsabilité», a-t-il expliqué. Il propose une politique qui dépasse les vieux clivages et qui s’appuie sur des valeurs républicaines, sur un mode d’engagement rénové, sur la cohérence et la volonté des jeunes patriotes d’agir et de réussir, pour redresser le Bénin.

Léonce Houngbadji est convaincu que, par le renouvellement aussi bien des idées que des actions et des visages, les jeunes peuvent transformer la classe politique et la société béninoise en général. C’est d’ailleurs pourquoi sa vocation première est de faire en sorte que «les Béninois deviennent le cœur de la vie politique et non le décor».

 

Houngbadji appelle à un dégagisme en 2019

 

Pour le Président du PLP, la classe politique béninoise est «pourrie». Il estime que le mal du Bénin est son système politique. «Ceux qui en profitent ne veulent pas qu’il s’écroule. Ils font tout pour le maintenir. Ceux qui ont combattu Patrice Talon hier, sans surprise, sont aujourd’hui dans ses bras. Pendant ce temps, on ne parle plus du Bénin, de son développement, de son avenir, de l’avenir des jeunes, des femmes… On parle affaire», se désole Léonce Houngbadji.

Prise en otage, instrumentalisée, manipulée à dessein pour préserver les racines du système, la classe politique n’a jamais été aussi déréglée. Le désastre est à la fois moral et sentimental, un océan de déception, qui met en péril les fondements de la République. Le Bénin est divisé, inquiet, meurtri et incertain. La méfiance des citoyens vis-à-vis des hommes politiques est à son sommet. Le fossé créé est dangereux. Comment sortir de ce piège ? Comment dépasser cette culture aberrante qui détruit le pays, maintient les populations dans la misère, encourage la transhumance, la corruption, les crimes économiques, l’impunité et la remplacer par une autre qui pourrait sauver la patrie ? Quelle réorganisation politique pour le Bénin ?

La problématique est peut-être moins difficile qu’on ne le croit. Rien ne peut être entrepris sans une prise de conscience du mal qui ronge le pays. Une seule solution : nettoyer complètement la classe politique, la débarrasser de tous les «virus», «cancers» et «poisons» qui tuent la démocratie, le développement et la prospérité et favorisent la misère, le chômage, la corruption, les crimes économiques et l’impunité, afin de redonner espoir au peuple. «Le Bénin a besoin aujourd’hui d’une classe politique et d’une Assemblée Nationale dignes pour se relever», déclare Léonce Houngbadji.

Le Président du PLP affirme que moderniser la vie politique de notre pays constitue une clé essentielle de la restauration du lien de confiance entre les Béninois et ceux qui les gouvernent. Ce qui passera, à l’en croire, par le rétablissement d'une véritable éthique politique. Les attentes des Béninois en la matière sont très importantes et ne devraient pas être autant négligées. Il propose alors un dégagisme, de façon régulière, pour amorcer la revitalisation de notre démocratie. En tout cas, c’est la position ferme du Parti pour la Libération du Peuple (PLP). Sur Sikka Tv ce mardi 04 juillet 2017, Léonce Houngbadji a appelé à un réel engagement politique des jeunes pour s'engager dans un tel processus. «En 2019, il faut tuez acteurs et parrains de ce système dans les urnes. Il faut sortir les sortants par la petite porte», a-t-il affirmé.

Laissez un commentaire

Retour en haut

Article récent

Actualisation du Plan de contingence de la commune de Cotonou : la Mairie de Cotonou anticipe la gestion des risques et catastrophes naturels

Actualisation du Plan de contingenc…

Face à l’ampleur et l’int...

Déstabilisation des partis politiques : Léonce Houngbadji accuse la «Rupture»

Déstabilisation des partis politiqu…

Invité ce mardi 04 juille...

Vérification des résultats du Bepc 2017 : une enquête indépendante s'impose

Vérification des résultats du Bepc …

50,56 %. C’est le taux de...

Budget 2017 irréaliste et Pag 2016-2021 irréalisable : les Pta des ministères toujours dans les placards

Budget 2017 irréaliste et Pag 2016-…

2010 milliards de F Cfa. ...

Veille citoyenne au Bénin : Alcrer est-elle devenue un organe de propagande du gouvernement ?

Veille citoyenne au Bénin : Alcrer …

Depuis le 06 avril 2016, ...

Sanctions contre Mtn, Glo et Moov : l’Arcep opère dans l’illégalité absolue

Sanctions contre Mtn, Glo et Moov :…

Les condamnations de l’Au...

Deuil à l’UAC : Ibrahim Salami rend hommage à l’agrégé Amoussouga

Deuil à l’UAC : Ibrahim Salami rend…

Message de compassion de ...

Financement du budget 2017 et du Pag : incapacité confirmée du gouvernement à mobiliser les ressources

Financement du budget 2017 et du Pa…

Le Ministre d'Etat chargé...

Pvi : la preuve que Talon homme d’affaires est toujours en relation d’affaires avec l’Etat béninois qu’il dirige

Pvi : la preuve que Talon homme d’a…

Les preuves ne manquent p...

29ème sommet ordinaire des Chefs d’Etat de l’UA : Talon encore absent en Ethiopie, le Bénin isolé

29ème sommet ordinaire des Chefs d’…

Le chef de l’Etat béninoi...

Prev Next