Notice: Array to string conversion in /home/notrvoix/public_html/includes/defines.php on line 25
Vulgarisation du Pag : Irénée Agossa dénonce une campagne législative anticipée pour 2019
Menu
RSS

Vulgarisation du Pag : Irénée Agossa dénonce une campagne législative anticipée pour 2019

Vulgarisation du Pag : Irénée Agossa dénonce une campagne législative anticipée pour 2019

Vendredi dernier, l’émission ‘’Questions Actuelles’’ de la station Capp Fm, a reçu l’ancien Directeur général de la Société nationale de commercialisation des produits pétroliers (Sonacop). Irénée Agossa, puisque c’est de lui qu’il s’agit a scruté les sujets d’intérêt national notamment la vulgarisation du programme d’actions du gouvernement, la polémique autour de la santé du Chef de l’Etat, la privatisation des sociétés et offices d’Etat et la marche du Front pour le sursaut patriotique.

Pour Irénée Agossa, la vulgarisation du programme d’actions du gouvernement lancé le 16 décembre dernier, n’est pas une. L’invité de Capp Fm parle plutôt d’une campagne anticipée pour les législatives de 2019. «…Les députés ont donné les coudées franches au Chef de l’Etat d’exécuter son PAG... On n’a pas encore vu la mise en œuvre de ce programme et on pense à sa vulgarisation au niveau des populations. En fait, quand vous suivez ce n’est pas une vulgarisation de programme. C’est une campagne législative de 2019 anticipée…», a-t-il dénoncé. Selon lui, le Chef de l’Etat est dans une démarche claire, celle de ramener son projet de réforme constitutionnelle après avoir obtenu une majorité au parlement.«Son programme et sa vision est basée sur la révision de la constitution. Il a dit que  c’est un élément important, les réformes institutionnelles et structurelles du pays sont capitales en ce qui concerne la mise en œuvre de son programme… Il a dit qu’il aura  l’opportunité de revenir sur sa réforme constitutionnelle qu’il n’a pas abandonnée quand il aura une majorité qualifiée au parlement. Et ce n’est qu’à partir de ce moment que vous allez voir les ministres sont mis sur le terrain pour pouvoir vulgariser le PAG allant chacun dans sa circonscription électorale. C’est une campagne législative anticipée pour permettre à ce que le Président ait une majorité à partir de 2019 et voir comment mettre en œuvre son programme d’action», a indiqué Irénée Agossa. A l’en croire, le Chef de l’Etat a entamé cette réforme de la manière la plus mauvaise en priorisant ce qu’il ne fallait pas favoriser, c’est-à-dire la révision de la constitution. «Nous sommes dans un confort constitutionnel, on n’a pas besoin de dire forcément qu’une réforme constitutionnelle doit conditionner les réformes d’un pays. Je suis pour la révision de la Constitution mais ce n’est pas une priorité», a-t-il précisé.

 

Polémique autour de la santé du Chef de l’Etat

 

Pour Irénée Agossa, c’est de bon droit que les Béninois s’intéressent à la santé de leur Chef de l’Etat. Ce n’est pas la santé du  Chef de l’Etat qui fait la polémique mais les Ministres n’ont pas pu bien communiquer. «…Nous avons eu des versions qui se contredisaient. Ce sont les Ministres qui ne devaient pas communiquer ainsi qui ont créé la polémique. Nous condamnons fermement cette mauvaise communication du gouvernement», a-t-il déploré. Selon lui, le Gouvernement devait se réunir pour parler d’une seule voix et informer le peuple sur ce qui se passait réellement autour du Chef de l’Etat et surtout en ce qui concerne la santé de celui-ci. Aux dires du Président du parti ‘’Le Nationaliste’’, ce n’est pas de donner de la valeur au peuple que de mentir sur l’état de santé du premier citoyen du pays. «Il faut que nous comprenions pour faire la part des choses entre la santé du Chef et la communication du gouvernement. Ils n’ont pas donné de la valeur qu’il faut au Chef de l’Etat…», s’est-il indigné tout en souhaitant prompt rétablissement au Président de la République.

 

La priorité des populations

 

Il estime que la priorité des Béninois se résume essentiellement à la création de l’emploi et l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Et non la révision de la constitution encore moins le Pag. Il dénonce les licenciements abusifs dans certaines structures étatiques. «Le Chef de l’Etat a dit dans programme qu’il va créer de l’emploi, nous sommes à près de deux ans, où sont les emplois ? En face de cette nécessité de création d’emploi, nous avons plutôt des licenciements, des sociétés qui ferment. Au moment où les produits de première nécessité coutent chers, vous voulez que les populations viennent écouter le Pag ? D’autant plus qu’ils n’ont priorisé ce qu’il faut prioriser, ils se sont retrouvés dans un système sans boussole», s’est-il offusqué avant d’inviter le gouvernement à trouver les solutions idoines aux réels problèmes des Béninois qui souffrent dans tous les domaines. «Les produits de première nécessité ont connu une augmentation grave et qui créent un véritable problème de pouvoir d’achat des populations. Il faut revenir rapidement face aux problèmes des populations», a souhaité Irénée Agossa.

Privatisation des secteurs clés, marche du Fsp

Les questions relatives à la privatisation des secteurs clés de l’Etat et la marche pacifique de protestation du Front pour le sursaut patriotique n’ont pas été occultées par l’invité. Irénée Agossa s’indigne contre cette forme de gestion des structures étatiques. De façon stratégique, l’Etat ne peut pas disparaître des secteurs portuaire, énergétique et de la télécommunication. Selon lui : «Nous ne pouvons pas laisser ces secteurs au privé. Car l’objectif du privé, c’est l’intérêt, rien que le profit. Nous ne pouvons pas sur le plan social du fait que nous sommes un pays pauvre laisser le domaine sanitaire dans les mains des privés». Il persiste et signe que l’Etat a le devoir et la responsabilité d’être présent dans ces domaines très sensibles qui ne peuvent être laissés dans les mains des privés. Pour lui, la marche du Fsp a été une marche authentique au regard de la forte mobilisation des marcheurs et de la satisfaction des populations qui ont les applaudi et félicité. «J’ai soutenu cette marche pour la simple raison qu’elle a été une belle marche. Elle est normale et a sa raison d’être. Je l’aurais regretté si je n’y étais pas. Le mécontentement des marcheurs est réel. Personne n’a hué les marcheurs. C’est une marche authentique. Les gens ont vu et l’ont bien apprécié.», s’est-il réjoui.

 

67 Commentaires

Laissez un commentaire

Retour en haut

Article récent

Malgré les directives du FMI : le taux d'endettement public du Bénin monte d’un cran

Malgré les directives du FMI : le t…

Le gouvernement s'est eng...

Chantier Porto-Novo-Apkro-Missérété et consorts confiés à OFMAS International : un gros scandale politico-financier de 164,5 milliards

Chantier Porto-Novo-Apkro-Missérété…

Cette fois-ci, le gouvern...

Contrôle du permis de construire dans la ville de Cotonou: l’appel du maire Isidore Gnonlonfoun aux populations

Contrôle du permis de construire da…

Dans un communiqué rendu ...

Plan de Développement Communal 2ème génération : la mairie de Cotonou dans une dynamique participative

Plan de Développement Communal 2ème…

Le processus de collecte ...

Nominations de greffiers en chef et d’assistants de greffiers en chef : le Syntrajab relève des irrégularités, violations et incohérences

Nominations de greffiers en chef et…

Déclaration du BDN/Syntra...

Enregistrement des marques suivant le protocole de Madrid : l’Anapi sensibilise les inventeurs béninois

Enregistrement des marques suivant …

L’Agence nationale de la ...

Privatisation sauvage, inhumaine et opaque des entreprises publiques : la Cstb dénonce la politique de tout privé et de l’Etat minimum de Talon

Privatisation sauvage, inhumaine et…

Les participants au 5ème ...

Exécution de contrats léonins par le Gouvernement du Bénin au profit de Bénin Control SA : la lettre du PLP à la DG du Fmi Christine Lagarde

Exécution de contrats léonins par l…

Le Parti pour la Libérati...

Sodéco, Pvi, Cncb, groupes électrogènes, Icc services, machines agricoles, Maria-Gléta, siège parlement… : Patrice Talon ferme les yeux sur ses crimes économiques

Sodéco, Pvi, Cncb, groupes électrog…

Machines agricoles à Mari...

Création des classes sportives : une innovation saluée par tous les acteurs

Création des classes sportives : un…

Subdiviser le territoire ...

Prev Next