Notice: Array to string conversion in /home/notrvoix/public_html/includes/defines.php on line 25
Affaire Petrobras : Talon manipule «Jeune Afrique» pour distraire les Béninois
Menu
RSS

Affaire Petrobras : Talon manipule «Jeune Afrique» pour distraire les Béninois

Affaire Petrobras : Talon manipule «Jeune Afrique» pour distraire les Béninois

Alors qu’il fait fasse à un niveau d’impopularité et de rejet jamais atteint par un Président élu au Bénin, Patrice Talon a totalement tourné dos aux questions de développement pour s’adonner à ce qu’il sait faire de mieux, fomenter des intrigues contre ses adversaires politiques. La principale source de ses insomnies est son prédécesseur, le Président Boni Yayi.

La perspective de la probable candidature de l’ancien Chef de l’Etat, qui a dignement servi le Bénin pendant 10 ans, aux législatives de 2019 et surtout ses activités professionnelles au plan international angoissent Patrice Talon qui œuvre en glissières pour salir sa réputation. Le Président Boni Yayi donne véritablement l’insomnie à Patrice Talon. Et pour l’abattre politiquement, après avoir tenté de l’empoisonner, il a choisi la voie de l’intoxication, du sabotage.

La dernière trouvaille est l’affaire Petrobras. Dans une publication en date du 31 mai 2017, l’hebdomadaire «Jeune Afrique» évoque un chapitre du scandale Petrobras qui impliquerait le Bénin. Le contenu partagé par l’Agence Ecofin, qui a menti dans son article en affirmant que le journal belge l’Echo a cité des noms, et certains médias locaux manipulés présente la même structuration : la preuve de l’intoxication.

Si ces articles évoquent des implications du Président Boni Yayi et son ancien Ministre Barthélémy Kassa, c’est juste dans les titres. Les contenus qui sont d’ailleurs les mêmes ne parlent nullement de l’ancien Président de la République et de comment il serait impliqué dans l’affaire Petrobras.

Contactée, la rédaction de «Jeune Afrique» affirme avoir relayé une dépêche de l’Agence France Presse (AFP). Or, ladite dépêche n’évoque pourtant à aucun moment le nom du Président Boni Yayi mais plutôt des hommes d’affaires Brésiliens.

La phase béninoise est intitulée «Puits sec», en raison des résultats négatifs de l’investissement (…) dans l’acquisition des droits d’exploration des puits de pétrole au Bénin», explique le communiqué de la Police fédérale. Il ne s’agit donc pas d’une affaire de corruption impliquant l’exécutif béninois d’alors comme a voulu faire croire une certaine presse à la solde de la «rupture» dont «Jeune Afrique».

Sur le site de «Jeune Afrique», dans la soirée de ce jeudi 1er juin 2017, l’article a été modifié et le nom du Président Boni Yayi a été subtilement retiré à 10h 19 mn, la preuve de la manipulation qui vise simplement à distraire les Béninois, les aveugler, les détourner des sujets essentiels, en vue de poursuivre, à vive allure, le pillage et la privatisation du Bénin.

Les médias nationaux et étrangers qui se sont laissés instrumentalisés doivent publier le rapport brésilien qui accuse le Président Boni Yayi. Un rapport qu’ils n’auront jamais, car inexistant. 

 

Talon et son clan à la manœuvre

 

Le scandale de corruption au sein de Petrobras a éclaté en 2014, soit depuis trois ans, et a, d’ailleurs, été la principale cause de la destitution de la présidente Dilma Roussef. Par ailleurs, plus de 90 hommes du monde de la politique et des affaires ont été inculpés. Lorsqu’on sait qu’il y a deux mois Patrice Talon a nommé comme ambassadeur du Bénin au Brésil son cousin Boniface Vignon, ancien journaliste à RFI, et homme de main dans la presse internationale, on peut se demander pourquoi c’est maintenant qu’une telle pseudo-affaire éclate.

Pour les besoins de la vérité, les détracteurs de l’ancien Chef de l’Etat devrait publier le rapport d’enquête Petrobras afin de situer l’opinion publique nationale et internationale.

En voulant salir l’image de son prédécesseur, c’est l’image du Bénin et des Béninois que Talon traine dans la boue. Un comportement qui isole davantage un pays en perte de visibilité au plan diplomatique et en pleine dépression économique et sociale.

 

Une inquiétante folie destructrice

 

La méthode Talon révèle l’état d’esprit d’un homme qui ne se fixe aucune limite dans la nuisance. La liste des leaders qu’il a l’obsession d’abattre s’allonge chaque jour, de même que les difficultés des populations. Qu’est ce qui justifie le désintérêt total de Patrice Talon pour la misère des Béninois et cette haine belliqueuse qu’il alimente envers certains leaders populaires? Il en donna maladroitement la raison lui-même lors d’une émission télévisée fin juillet 2016: «ce qui fait qu’un président de la République obtient un deuxième mandat, ce n’est pas son bilan, c’est la manière dont il tient le pays, la manière dont il tient les grands électeurs, c’est la manière dont il tient tout le monde. C’est la manière dont il empêche la compétition.»

Les principales victimes de la folie destructrice de Patrice Talon ce sont les Béninois qui font face à une chute drastique de leur pouvoir d’achat depuis un an. «Les conditions de vie et de travail se sont dégradées sous Talon», témoignait Noël Chadaré, syndicaliste, Secrétaire Générale de la Cosi-Bénin le 1er  Mai dernier.

Depuis un an, on dénombre plus de 50.000 emplois perdus dont 5000 directement supprimés par le gouvernement. Les Béninois s’appauvrissent davantage tandis que Patrice Talon rachète des domaines publics et met la main sur les secteurs vitaux de l’économie nationale en s’octroyant des monopoles: Le coton, le port autonome de Cotonou, le cajou, la Sbee, les hôpitaux, les infrastructures… pour ne citer que ces secteurs.

Somme toute, l’affaire Petrobras dans laquelle serait impliquée le Président Boni Yayi est du pipo, de la pure intoxication.

Au lieu de faire perdre du temps aux Béninois et de dilapider les fonds publics pour s’en prendre aux politiciens, le chef de l’Etat ferait mieux de se mettre plutôt et enfin au travail. Sinon, en 2021, à la fin de son mandat, il risque de présenter le nom de Boni Yayi comme son bilan.

Laissez un commentaire

Retour en haut

Article récent

Election du nouveau Maire de Ouidah : une nouvelle session convoquée pour demain

Election du nouveau Maire de Ouidah…

Par un arrêté en date du ...

Vulgarisation tous azimuts du Pag : le Gradem dénonce «un gâchis sans aucun impact en termes de développement»

Vulgarisation tous azimuts du Pag :…

La propagande indescripti...

Création de la police républicaine : une bombe à retardement, Talon doit rebrousser chemin

Création de la police républicaine …

Depuis l’avènement du nou...

Promotion du chômage au Bénin : le gouvernement suspend le recrutement et l’emploi des enseignants vacataires

Promotion du chômage au Bénin : le …

Le gouvernement de la rup...

Projet Canal Olympia Wologuèdè : Léhady Soglo s’assure du bon déroulement des travaux

Projet Canal Olympia Wologuèdè : Lé…

L’Association des Anciens...

Mandela Day 2017 : les jeunes leaders du Bénin organisent une campagne de Salubrité

Mandela Day 2017 : les jeunes leade…

L’Association des Anciens...

Dilapidation des fonds publics dans la vulgarisation du PAG : le PLP invite le gouvernement à se concentrer sur les priorités des Béninois

Dilapidation des fonds publics dans…

Le 22 juillet dernier, un...

Propagande du gouvernement pour endormir les Béninois : les cantines scolaires ne sont pas une nouvelle mesure de Talon

Propagande du gouvernement pour end…

Le projet de relance des ...

Actualisation du Plan de contingence de la commune de Cotonou : la Mairie de Cotonou anticipe la gestion des risques et catastrophes naturels

Actualisation du Plan de contingenc…

Face à l’ampleur et l’int...

Déstabilisation des partis politiques : Léonce Houngbadji accuse la «Rupture»

Déstabilisation des partis politiqu…

Invité ce mardi 04 juille...

Prev Next