Logo
Imprimer cette page

Reports successifs des sessions de négociations : l’Unstb dénonce la mauvaise foi du Gouvernement

Reports successifs des sessions de négociations : l’Unstb dénonce la mauvaise foi du Gouvernement

Déclaration de protestation de l’UNSTB

 

La Commission Nationale Permanente de Concertation et de Négociations Collectives héritée par le gouvernement de la rupture pour la prévention et la gestion des conflits sociaux est mise à rude épreuve. Le gouvernement, en raison des enjeux, organise une fuite en avant en faisant reporter à son gré, la session de la Commission de Concertation et de Négociations Collectives. Pendant ce temps, les Sociétés d’Etat liquidées sur simple décision du gouvernement procèdent sous son diktat au licenciement collectif des travailleurs en violation de la législation du travail.

Sinon, comment comprendre que pour la troisième fois consécutive, la session de ladite Commission soit reportée ? Pendant ce temps, le gouvernement poursuit dangereusement sa politique solitaire de privatisation des secteurs vitaux de l’économie nationale. Aujourd’hui le peuple assiste de façon impuissante à la commercialisation de la santé.

L’ARCH tant vanté n’est qu’un replâtrage du Régime d’Assurance Maladie Universelle sur lequel on a greffé  la branche retraite, les micro-crédits et la formation. Pendant ce temps, le gouvernement traîne à mettre en place les organes de dialogue social conformément à la Charte signée à cet effet pour rendre effective l’implication des représentants des travailleurs dans les processus desdites reformes.  

En choisissant le report à chaque fois de la réunion de la Commission, le gouvernement vient de démontrer sa détermination à duper les travailleurs.

L’UNSTB, par ma voix dénonce les pratiques du gouvernement visant à empêcher le cadre de dialogue social de fonctionner normalement.

L’UNSTB, par ma voix, fustige l’attitude du gouvernement visant à organiser des réunions d’une heure seulement en lieu et place d’une session pour consacrer le temps nécessaire au règlement des revendications des travailleurs.

Aussi, face à la mise en place des reformes exclusives, l’UNSTB se réserve – t – elle le droit de boycotter les rencontres futures organisées par le gouvernement dans le cadre des travaux de la Commission Nationale Permanente de Concertation et de Négociations Collectives et se dit prête à dénoncer la Charte Nationale de Dialogue Social.

L’UNSTB saisit cette occasion pour lancer un appel à la mobilisation des travailleurs pour stopper les privatisations sauvages et la mise à la rue des milliers de travailleurs.

Vive la classe ouvrière béninoise

Cotonou, le 30 Mai 2017

                Emmanuel ZOUNON

Design ECHEL